2017

Attendus dans la famille de Ousmane notre ami chauffeur et si bien reçus , nous partons pour trois semaines , certains diront de vacances, d’autres de travail mais certainement trois semaines riches de rencontres, de joie, d’émotions et de partage. Une jeune étudiante Française Sarah  à Québec nous a rejoints pour son premier voyage en immersion totale dans une petite école de brousse à Mako où elle souhaite  partager ses aptitudes à repérer les enfants dyslexiques et aménager des programmes pédagogiques adaptés

Notre arrivée dans le village de Djadji est très attendue. Dans quelques jours l’eau jaillira des tuyaux et du robinet ce qui permettra à tout un village de profiter de ce confort. Tout le monde s’y met, Mohamed DIA le maire du village nous reçoit dans sa maison, les femmes préparent les repas, de bons moments partagés, les enfants un peu timides au début, ne nous lâchent plus la main. Anne marie gardera un très bon souvenir de son passage dans cette région aride  du Sénégal. Nous avons laissé des graines offertes par Kokopeli , les femmes feront un potager ,les légumes ainsi récoltés nourriront mieux leurs enfants. Ici l’Eau s’écrit avec une majuscule tellement  son manque est grand !! Quelle joie pour Gilbert , Marie Lise,Anne marie, Jacky et Claudine de voir tout un village chanter danser, pour ce bien précieux acheminé .

Nous poursuivons notre route pour le village de Taïf où notre passage par la case santé du village laissera un très bon souvenir. D’abord la visite guidée par le Maire Mbaye TINE,  l’infirmière et la matrone qui ne manquent pas de détailler tout le matériel médical manquant ! le plus simple est de jeter un œil dans la pharmacie où en effet les étagères sont …………….. vides . Alors les cartons de médicaments sortent de notre voiture et les yeux des femmes brillent , un tensiomètre électronique donné par A. MEUDIC, des pansements, des antibiotiques, compresses, anti douleurs et autres ustensiles que nous avons récupérés ! ce gâchis fera leur plus grand  bonheur .

Direction THIES, plus exactement TATENE MBAMBARA, petit village cher au coeur de Mamadou N’DIAYE. Nous y sommes invités pour sécuriser l’école et ses 7 classes, dont une en paille ,  un petit abri qui permet à quelques enfants de suivre lorsque la chaleur n’atteint pas les 40° des cours dispensés par un instituteur motivé, non ,très motivé !! D’abord un bel accueil par l’ensemble des élèves alignés avec leur instituteur, qui nous chantent la « bienvenue » séquence émotion ..Les jeunes du village nous donnent un sérieux coup de main pour creuser les trous, faire le ciment, mettre les piquets, tendre le grillage. Nous organisons le nettoyage de l’école, tous les enfants ramassent les papiers avant d’installer le portail qui empêchera les animaux de souiller l’espace, et les enfants des classes surchargées de s’absenter sans que l’instituteur ne s’en aperçoive. M.NDIAYE avec  le Sous préfet, le maire du village , les instituteurs et les 454 élèves  organisent une jolie fête pour l’inauguration officielle de l’école clôturée. Chacun fera un petit discours, nous offrons des stylos, des dictionnaires offerts par nos amis de TERRE D’ESPOIR,  nous partageons un délicieux repas avec nos hôtes, puis un second avec les instituteurs!! hé oui c’est l’Afrique, la convivialité ….Lorsque nous quittons cette école nous faisons la promesse d’y revenir………….. pour construire une petite classe en dur ??

Nous reprenons la route, pour le petit village de TATAGUINE où nous avons décidé d’offrir à Yabe une nouvelle case,  dans son village 3 cases  en paille ont été détruites par le feu … Il nous faut commander le matériel trouver des parpaings, le ciment, du sable, un maçon  et de l’eau que nous prendrons plaisir (enfin les sourires ne sont que pour les photos )à puiser non loin de là au puits . Marie Lise fera une belle rencontre, GORGHY jeune garçon  tombé de son âne 3 semaines auparavant, se déplaçant difficilement aidé d’un bâton. Avec Virginie il sera envoyé à l’hôpital pour des examens : la tête de son fémur nécrosée  !!  Lorsqu’en Afrique on  n’a pas 3000 cfa soit 4.50 € pour payer le ticket d’entrée à l’hôpital  on meurt !!! triste réalité .. Marie Lise sera une bonne marraine pour GORGHY. Les liens que nous tissons sont forts dans ce village démuni, le travail rendu pénible par la chaleur, nous laisse un peu de temps pour jouer avec les enfants ,écouter et discuter avec  les jeunes filles, partager le thé.  Dans la voiture qui nous ramènent , pas un mot !!  quelques larmes coulent sur nos joues !!

 

Nous filons vers M’BETINKI un petit village où nous attendons avec impatience de voir l’eau jaillir de ce puits offert par le dirigeant de hotgame  F. Le Lagadec.  Aux dernières nouvelles il a une profondeur de  53 mètres creusé par Henri  à la main !!!Nos amis  Malick CISSE et Hamat LY veillent au bon déroulement des travaux .

http://www.hotgame.fr

La route est encore longue pour Mako et  notre taxi brousse donne des signes de fatigue, nous aussi !!  une petite pause dans le joli campement de Mada , Africa Safari, nous savourons le calme de la Gambie. Nous retrouvons Sarah complètement intégrée dans la petite école, ce sera difficile de quitter tous ces bambins et nouveaux amis !!!Une visite aux femmes qui cultive le jardin, une vraie réussite !!  Puis avec notre ami Mamadou le Sous Préfet nous allons en brousse , Lamynya, St Etyenne là où Maye ma n’dokh est née il y a bientôt 10 ans, là aussi un puits qui ne donne plus d’eau car la rouille a attaqué le fer, là aussi des bobos à soigner ………….mais là des sourires et beaucoup d’émotions . Un arrêt à l’hôpital de Kedougou où nous offrons un électro cardiographe de la part d’ Alain Meudic, En route  pour les villages de Koboye et Kounsi  où nous ferons peut être un grand projet  dans les domaines de l’eau, la santé et les écoles, en collaboration avec l’association les enfants de Koboyé dans les années à venir. .

 

http://enfantsdekoboye.wix.com/koboye

Notre voyage s’achève ………….Anne marie, Gilbert, Marie Lise , Jacky ,Sarah et Claudine ont emprunté des pistes rouges qu’ils ne connaissaient pas, où l’on trouve  des gens qui souffrent , des mains qui vous serrent fort, des yeux qui brillent et des sourires… où l’on trouve toujours une place autour d’un plat de riz et des gosses qui vous happent . Ce voyage fut difficile à cause de routes défoncées, de véhicule fatigué, de chantiers rendus difficiles par la chaleur qui avoisine les 40 ° mais nous avons tous vécu des émotions très fortes, faits de belles rencontres dans ces villages, où nous pensons retourner l’an prochain

Inch Allah …………..