2019

 

Nous avons ( BABETH et JEAN LOU) passé 18 jours avec l’ association . Je dirais plutôt  au côté de MAYE MA N’DOKH  qui nous a laissé quitter nos pelles et pioches. Nous avons pu accompagner et aider les infirmiers dans des postes de santé et des cases santé pendant plusieurs jours .

C’ était pour nous deux , jeunes médecins retraités , la 1ère immersion totale en Afrique et la 1ère confrontation aux problèmes de santé au Sénégal.
Que de monde , d’ enfants , de maman … Que d’ accueils chaleureux …

Nous avons été surpris par la disponibilité des infirmiers chefs dans les postes de santé, ils sont là 24 h / 24 , on les appelle en cas de problèmes . Il en est de même pour la sage femme qui est seule à la maternité du poste, aidée par les “ matrones “ . Ce sont des infirmiers qui prescrivent les médicaments et que le patient achète à la pharmacie rattachée au poste ( certains médicaments sont gratuits ou à un prix aidé par l’ état, le traitement pour le paludisme est gratuit ).

Nous avons eu plaisir à consulter malgré le problème de la langue . Les infirmiers qui étaient plus que gentils prenaient le temps de traduire. Nous avons beaucoup échangé sur nos pratiques , sur la prévention . On a bien ri quelques fois . Les locaux sont exigus , encombrés et avec plein de passage , parfois il n’ y a qu’ une balance ou qu’un brassard à tension pour 2 salles ( consultations , maternité etc ..) . On a laissé nos tensiomètres.
Nous avons été en brousse . Une fois près de N’GOYE, les infirmiers sont allés à l’ école faire des vaccinations et nous ont laissé seuls à la case santé avec un des responsables santé du village . Le bruit a vite couru que 2 toubabs médecins consultaient , alors tout le village est venu espérant sans doute des médicaments miracles par exemple pour le “ défatiguement “ . Il y avait au moins 3 à 5 personnes en permanence pendant la consultation pour aider, traduire .. Cette case santé n’ avait pas de pharmacie.
Un autre jour on est allé dans un village en Brousse .  Les vaccinations et les prises de tension se sont faites sous l’ arbre .


Si le premier recours aux soins est relativement accessible , il n’ en est pas de même pour la suite . On se souviendra de ce nourrisson déshydraté qui devait être hospitalisé, mais il fallait trouver un transport et payer les soins par la suite ..Ils font beaucoup d’efforts de prévention pour le diabète et l’hypertension    artérielle avec des moyens bien limités ; seules ombres au tableau : d’une part un nombre important d’enfants malades ( dont certains dénutris ) en raison en grande partie de la pollution de l’eau !!! et d’autre part les difficultés à mettre en place une régulation des naissances .

Pour moi ce voyage a été très enrichissant , extrêmement facilité par Claudine et Gilbert qui connaissent bien le Sénégal et y ont des amis .

Ne faire que des consultations avec distributions de médicaments n’ aurait eu aucun sens pour moi et ce n’ est pas leur rendre service . J’ ai apprécié de pouvoir mieux comprendre les problèmes liés à l’ eau , de voir leurs écoles et de visiter les réalisations de  l’association MAYE MA N’DOKH. Beaucoup de classes surchargées jusqu’ à 80 élèves , 3 à 4 par table . Il ne faut pas s’ étonner qu’ elles soient cassées . Les réparer c’ est sportif !

Je suis toujours émue de voir les africaines porter leur bébé dans le dos et j’ ai été interpelée par ce peuple Sénégalais qui exprime ce besoin de fraternité avec les français. Une première expérience inoubliable et passionnante .

Notre mission était de creuser 4 km pour une adduction d’eau à M’BORO (50 km de THIES). En amont notre ami Mamadou Ndiaye avait acheté tout le matériel chez le quincailler local, la population très motivée par cette nouvelle s’est mobilisée  pour nous prêter main forte . Il fait bon le matin lorsque nous partons pour tracer et commencer à creuser, nous sommes tous très motivés. Babeth et Jean Lou ne sont pas venus que pour « jouer aux docteurs ».

Notre hôte Mamadou NDIAYE  est prêt  pour creuser.  La   population  souffre du manque d’eau dans le village. Tous les mois les habitants de ce quartier cotisent une petite somme d’argent pour se débrouiller seuls et  chercher un partenaire qui puisse avec leur aide faire acheminer l’eau à la maison !!

Ne pas lâcher sa pelle !! sauf pour un bon thé …

Gilbert a dans ses valises tout le matériel pour faire des réparations de tous genres! réparer les tables des classes, une porte, et tout ce qui dans ce pays est un peu voire très branlant

Nos amis ne partent pas pour faire du surf ….il y a des tables et pas de bancs, il y a des tables en très mauvais état ,  alors on s’y met !! on achète du bois, des vis, et Gilbert avec ses outils magiques   !!  fera le reste ..

            les cancres !!!

Nous quittons M’BORO pour une visite avec Jacky à DAROU au nord, pour évaluer le projet demandé par Malick Cissé . Une pompe solaire, du goutte à goutte pour du maraîchage. Nous le soutiendrons  pour cette belle aventure … Et rendre visite à Maimouna  Sissoko, sage-femme au dispensaire de Taïf, nous ne lui offrirons pas cette année un échographe,  juste des tensiomètres, lampes frontales et petit matériel..

belles rencontres ….

Attendus à N’GOYE chez notre ami le sous préfèt MAMADOU THIANDOUM, nous prenons quartier pour quelques jours, le dispensaire tout prêt, accueillera BABETH ET JEAN LOU. Le bouche à oreille fonctionne bien et très vite tout le village semble là ..Nos deux amis médecins garderont un très bon souvenir de ce passage en brousse.

Nous offrons au dispensaire des médicaments, Jean Lou en pleine consultation, sous l’arbre ………….

Pas question de repartir sans faire un petit tour par l’école de Tatène Bambara..Nous sommes fiers d’avoir permis à des enfants de pouvoir apprendre dans de meilleures conditions.Souvenez vous ..Un abri en paille et plastique

L’arrivée du container avec les tables et chaises  de l’école du Binigou ! des livres et comme chaque année les stylos de TERRE D’ESPOIR

Un tour au village.. le puits, les femmes, les jardins qui poussent grâce à KOKOPELLI , mais aussi avec Souleyman qui depuis a ouvert une petite boutique pour vendre ses tomates et autres légumes.

 

 

 

 

 

 

Pendant qu’une équipe est à Tatène, Jacky se rend en Casamance chez notre amie Francisca pour qui nous avons fait un puits, grillagé le jardin pour du maraîchage, et cette année investi dans une pompe solaire, avec bassins de récupération .

le bonheur !!!

Merci à tous nos amis Africains